Banner
Home SOUL CINEMA 70 Big Time

WE DIG THIS !!!

roma l'altra faccia della violenza la banda vallanzasca.jpg
dramatic funk themes vol 3.jpg
stridulum.jpg

BLAX' QUEENS

brenda sykes.jpg
YOUR FAVORITE SISTA ? (OTHER THAN PAM)
 

MEAN BROTHERS

sidney poitier.jpg
YOUR FAVORITE BRO' ?
 

JET ON THE SET

jet 7-29-76.jpg
Big Time
BIG TIME

Dans un ghetto de L.A., Eddie Jones, petit délinquant débrouillard, se voit contraint d'emprunter de l'argent à des mafiosis pour payer les frais d'hospitalisation de son père. 
Pour rembourser ses créditeurs il met au point une escroquerie à l'assurance vie en simulant de faux accidents de la route, et se retrouve ainsi au centre d'une impitoyable traque menée par la police, le F.B.I. et la compagnie d'assurance victime de ses indélicatesses...

            

BIG TIME
 
En 1977 Smokey Robinson décida d'investir la somme de 500.000$ pour produire et co-écrire avec son ami Leon Isaac Kennedy une comédie grand public filmée par une relation commune, Andrew Georgias.
  
BIG TIME

 

Leon Isaac imposa sa femme, la jolie Jayne Kennedy, pour tenir le rôle féminin principal du film.
C'est l'acteur Christopher Joy, spécialisé dans les compositions très typés de petites frappes excentriques (Cleopatra Jones, Sheba Baby) qui fut choisi pour incarner le héros magouilleur.
De nombreux seconds couteaux de la Blaxploitation complétèrent le casting : on citera notamment Art Evans (Leadbelly), Roger Mosley (Sweet Jesus Preacherman), Tobar Mayo (Abar The First Black Superman), Ella Edwards (Detroit 9000) et Sal Watts (Solomon King). 

       

BIG TIME  BIG TIME

       
Guère très originale et plombée par un budget très serré, cette série B blaxploitation distribuée par World Wide ne connue pas un gros succès dans les salles à sa sortie en août 1977, mais le film ne généra néanmoins pas de pertes sur investissement, à la satisfaction de ses producteurs.

Aujourd'hui Big Time est complètement retombé dans l'oubli, et comme c'est souvent le cas avec ses petits longs métrages indépendants afro-américains des années 70, c'est sa B.O. (composée par Smokey Robinson) qui lui aura finalement survécu.
  

BIG TIME  BIG TIME